We Are In Granada

Au parc central de Granada, tous les bancs à l’ombre sont occupés par des amoureux qui se collent malgré la chaleur, ou des vieux monsieurs qui observent les gens passer. Si ce n’était pas des couleurs qui éclatent partout, on pourrait se croire n’importe où, mais à la vue de la cathédrale de Granada, cet emblématique bâtiment jaune, aucun doute qu’on est bien au Nicaragua.

Cathédrale de Granada, Nicaragua

Granada est une ville livre à colorier: à chaque façade sa couleur, sans dépasser les lignes. C’est à croire que les urbanistes ont consulté les enfants avant d’arrêter leur choix. « Pas de chicane, il y aura du bleu, du vert et du rose aussi. »

Et puis, l’Amérique se fait sentir: laïcité et consommation, simplement à un rythme plus lent. Ce rythme un peu déphasé qu’ont les pays chauds. Pendant que les autres pays recherchent la croissance à tout prix, on sent que le Nicaragua se laisse bercer dans son hamac en buvant son jus de melon. Un développement à la fois, car il faut profiter du soleil, et bien faire les choses.

Dans cet univers, on s’est improvisé une chasse au trésor Pantone, avec un iPhone comme témoin. C’est ainsi qu’on a visité la ville, en se laissant guider par les couleurs plutôt que par les attractions. Le jaune de la cathédrale, le bleu pâle du marchand de glace, le mauve de cette maison.

Trouver l’équilibre entre les couleurs chaudes et les couleurs froides.

Façades colorées de Granada

Annie Anywhere à Granda, Nicaragua

Photo par Caroline Robert.

Rues de Granada, Nicaragua

Photo par Caroline Robert.

Les centres touristiques semblent penser que tout touriste veut de la bière et de la musique boum boum alors qu’en réalité, on souhaite surtout de l’eau, des toilettes et du wifi. Finalement, c’est sur la rue La Calzada qu’on succombe et qu’on goûte au Macuá, le cocktail national à base de rhum, jus de citron et jus de goyave. Un grand verre de couleur orange.

On s’est laissé tenter par les jocotes, ces fruits vendus à tous les coins de rues, dont on a statué que le goût se situait entre la prune et la mangue. Vous en verrez des verts, mais on vous conseille les rouges.

Jocota

Photo par Caroline Robert.

Puis, les cochers nous offrent de faire le tour de la ville en calèche. Pas le temps, on est en mission arc-en-ciel.

Assises à la petite terrasse du parc, le bruit des oiseaux tropicaux qui habitent les arbres est si fort qu’on a du mal à s’entendre parler, et on comprend vite que les parasols ne sont pas là que pour nous protéger des rayons.

Avec le soleil qui se couche et les couleurs qui s’estompent lentement, on a déclaré la fin de la mission arc-en-ciel. C’était bien, même si le seul or qu’on ait trouvé à la fin, c’est le doré des rayons de fin de journée réflétés sur la cathédrale de Granada.

On a cherché toute la journée un endroit où goûter un natacamale, mais aucune trace du plat typique. On s’est rabattu sur le vigorón, cette purée de yucca avec salade de choux, légumes marinés et couène de porc, servie sur feuille de bananier. Pas mauvais, mais pas fait pour les estomacs fragiles.

De retour au parc central de Granada, les vendeurs de cachous sont partout. Je dois d’ailleurs avouer que ce sont les meilleurs que j’aie jamais mangés, tu m’excuseras Rio de Janeiro.

Cathédrale de Granada au Nicaragua

Coucher de soleil sur Granada

Infos pratiques

Transport: On a pris un shuttle touristique pour se rendre de Léon à Granada, principalement parce qu’on était paresseuses. Ça nous a coûté 9$US. Vous pourriez facilement économiser en utilisant les bus locaux qui sont généralement à l’heure et plutôt efficaces. Comptez environ 2h30-3h entre ces deux villes.

Logement: Nous avons logé à l’auberge Las Mochilas, situé tout près du parc central. On recommande vivement! C’est une auberge avec une ambiance relaxe, qui vous permettra de vous reposer.

Repas: C’est très facile de bien manger à Granada, et ce n’est pas les choix qui manquent! Pour des recommandations complètes : Où et quoi manger à Granada, Nicaragua.


 Vous avez aimé cet article? Épinglez-le en souvenir! (Ça ne prend pas de place dans un sac à dos)

Une façon d'explorer la ville de Granada au Nicaragua, c'est de vous laisser guider par les façades colorées de cette ville coloniale.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*