Ometepe – Guide pour les paresseux

Ça va pour les kiosques de légumes; on a passé sans faire d’effet domino dans les étalages. Quant aux kiosques de viande, c’est de supporter l’odeur qui est le véritable défi. Difficile de croire qu’on puisse manger ça sans être malade. « Bien cuit le burger, hein. …un peu brûlé ce sera parfait. »

C’est au départ de Granada qu’on quitte vers l’île volcanique d’Ometepe. Premier défi, attendre l’autobus qui nous mènera jusqu’à Rivas, car l’arrêt se trouve de l’autre côté d’un marché achalandé et le traverser avec les gros sacs à dos est une aventure en soi.

 Aucune position ne permet d’y échapper. Je repense au dessin de givre qu’on faisait dans les vitres, au Québec, en route vers l’école primaire. Un pied fait avec le côté de la main et le bout des doigts.On embarque dans un vieux bus scolaire en direction de Rivas. Les bancs en cuirette sont bouillants et c’est à ce moment qu’on regrette de ne pas avoir mis de shorts plus longs.

À notre droite, trois enfants assis sur le même siège se relaient pour que leur mère leur achète des frescos, des jus vendus en sac. Elle succombe. Trois frescos, puis on entendra plus les enfants du voyage.

Ensuite, c’est le tour des vendeurs d’arachides (passage obligé), de bonbons, de pâtisseries et de vigoróns.

Autobus de Rivas

Les bancs ne sont pas signe de la capacité maximale de places dans l’autobus. Tant que ça entre… Combien de gens on a rentrés dans une New Beatles de Volkswagen déjà? Parce que je suis sûre qu’on bat le record si on essaie avec des Nicaraguayens.

Le bus semblait malgré tout plus fiable que le taxi qu’on a pris de Rivas à San Jorge pour se rendre au ferry: une vieille bagnole dont la majorité des éléments tenaient avec du duct tape (sans farce.)

Prochain traversier dans deux heures, on choisit donc d’embarquer sur le premier bateau qui voudra bien prendre deux passagères.

Traversier vers Ometepe

Assises entre des caisses de Coca-Cola, des télévisions et des sacs de riz, les vestes de sauvetage grugées par le soleil, on se croirait comme des immigrants illégaux.

Pas le droit de s’asseoir sur les sacs de riz, que sur un pseudo banc en métal noir sous le soleil.

Si on coule on meurt, que je me dis. Même pas sûre que ma ceinture flotte.

Mais bon, on s’est rendues.

Guide d'Ometepe

Ce ne sont pas les activités physiques qui manquent sur l’île volcanique d’Ometepe. En effet, le volcan Concepción et le volcan Maderas offrent des bonnes options de randonnées, la rivière Istián vous permet (généralement) de faire des sorties en kayak, et c’est sans compter la possibilité de louer un vélo ou de nager dans le lac Nicaragua.

De notre côté, pas de chance, la sécheresse a eu raison des sorties en kayak qu’on avait prévues. On s’est dont rabattues sur des activités pour paresseuses, et on a relaxé pour deux jours sur l’île.

Ometepe est un endroit où on se couche tôt et où on se lève tôt. À 21h, il fait noir et il n’y a plus de son, plus d’images.

Ojo de Agua

Quelques personnes rencontrées à Granada nous avaient dit avoir été déçues par Ojo de Agua. Un décor stagé selon eux.

Touristique en effet, mais pas décevant du tout à mon avis. Un oasis rafraîchissant entouré de verdure tropicale. L’eau est claire et froide et c’est le bonheur dans le 35ºC ambiant. Le bruit des cigales s’entend en permanence comme trame de fond.

Un petit garçon impressionne en marchant sur un fil tendu au-dessus de l’eau. C’est un habitué de la place. Les touristes qui tentent leur chance ont moins de grâce.

On s’est loué des vélos pour y aller. Ça nous a pris toute notre énergie pour arriver à monter les côtes avec ces vieilles choses. Les locaux aussi marchent à côté de leurs vélos en montant, ce qui est quand même rassurant.

C’est facile de passer la journée dans cet endroit, où vous pouvez commander de la nourriture et des boissons directement de votre chaise.

Ojo de Agua

Quoi faire sur Ometepe

Boire un coco drink

 

Plage du lac Nicaragua

Les nombreuses plages sont désertes et silencieuses, à l’exception des chevaux et des vaches qui passent une fois de temps en temps.

Avec la sécheresse, on a de l’eau aux genoux même si on marche des dizaines de mètres dans l’eau. C’est l’endroit idéal pour apprendre à faire du kite, mais bon, nous on est restées en mode paresse.

Attention, les plages ne sont pas aménagées, donc vous serez en plein soleil!

Balade à vélo sur Ometepe

Plage sur Ometepe

 

Infos pratiques

  • Vous pouvez vous rendre sur Ometepe en prenant un traversier officiel, qui est plus confortable que notre bateau de fortune. Il quitte de San Jorge et arrive à Moyogalpa.
  • Même si c’est une île, c’est très grand alors ne songez pas à faire le tour à pied. Même à vélo, je doute que ce soit possible en une seule journée.
  • Choisissez bien l’emplacement de votre hôtel, car les transports sont vraiment rares et désorganisés sur l’île. Le mieux est d’être à distance de marche ou de vélo des activités qui vous intéressent. De notre côté, on était à l’auberge Santa Cruz, que j’ai trouvé très bien, mais un peu dispendieuse comparé avec d’autres hébergements.
  • Prévoyez dormir sur l’île au moins 3 nuits. Moins que ça, les nombreux transports pour vous y rendre ne vaudront pas la misère que vous vous êtes donnée.

Vous êtes déjà allés sur l’île d’Ometepe? Vous aimeriez partager d’autres conseils? Laissez-les en commentaires. 


Vous avez aimé cet article? Épinglez-le!

Ometepe - Guide complet pour paresseux

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*